Bonne Année 2013

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs,

Dans le silence capitonné de solitude, 2012 s’est enfuit tel le passeur de temps. Valse mélancolique et langoureux vertige : drôle de destin pour 365 jours passés en quelques instants dans l’oubli.

Aujourd’hui, il nous reste la musique des mots qui, conjuguée avec sincérité et fidélité, permet d’apprécier les saveurs et les savoirs rencontrés sur les routes de mémoire 2012.

Nous avons été nombreux à nous rencontrer, unis par la même volonté de construire, dans notre existence quotidienne, un foyer conforme à nos valeurs, accomplissant avec une objectivité déférente, notre rôle d’élu et de citoyen, à savoir : servir la communauté humaine.

Que tous ceux et celles qui ont nourri un projet ouvrant l’humanité au meilleur d’elle-même, qui ont permis à une communauté épanouie de se développer, soient chaleureusement remerciés : élus, serviteurs de l’Etat, chefs d’entreprises, associations, personnels ; bref, vous tous rassemblés ce soir à Cercy-la-Tour, capitale du cheval AQPS.

L’imagination a toujours un printemps à décrire, de la variété, de l’évènement inattendu et l’année 2012 nous a gâtés sur ce registre, sur le plan international, comme à l’échelle locale où se plantent nos racines et fleurit notre quotidien.

Un souffle odorant est venu du Conseil Général avec la création de l’agence d’ingénierie territoriale ; que Patrice Joly, Président du Conseil Général et son équipe soient sincèrement remerciés.

La curiosité dynamise l’esprit humain et insuffle l’action comme l’eau fraîche redonne des flammes au regard fatigué.

Nos séances de formations et informations ont connu un retentissant succès tout au long de l’année et en plus, ont été une fonction d’éveil pour notre association.

Dans ce domaine, les lèvres incarnadines d’Isabelle laissent échapper de beaux projets pour 2013.

La réforme des rythmes scolaires, née de la concertation pour la refondation de l’école de la République, va être notre premier chantier.

Après concertation, je vous informe que des réunions par arrondissement vont se tenir à l’attention des élus : 01 février à Nevers, 04 février à Cosne, 06 février à Clamecy, 07 février à Château-Chinon, en présence du représentant de l’Etat et du directeur des services académiques.

Nous devons repenser globalement le temps de l’enfant avec l’ensemble des partenaires concernés ; ce qui fatigue le plus l’enfant, en réalité, c’est l’échec !

L’école doit être le lieu où l’on prend le temps d’apprendre et de comprendre, où l’on met en place les « belles contraintes » qui permettent d’accéder à la réflexion et à la pensée ; où se construit du « commun » et où se prépare « l’avenir du commun ».

Cette « proximité sociale » reste une exigence et là encore, l’UAMN est très attentive à la nouvelle convention d’objectifs et de gestion qui lie la Caisse Nationale des Allocations Familiales et l’Etat car cela va impacter directement les collectivités locales dans leur politique enfance et jeunesse pour les 4 ans à venir.

Les capillaires de notre association vont se trouver prochainement irrigués par le nouvel acte de la décentralisation, annoncé par le Président de la République, lors du 95ème Congrès des Maires de France.

Bref, la gibecière 2013 sera bien remplie !

 Notre association a la force serine et implacable du temps mais la tradition est une forme de sédimentation des routines pratiques et il faut qu’il y ait quelquefois des ruptures constructives afin que les fruits passent les promesses des fleurs. Notre collaboratrice Isabelle rejoint Anne Emery-Dumas comme assistante parlementaire et ne sera plus salariée de l’UAMN. Ainsi peut naître notre chagrin !

Mais conjonction magique : « j’ai réinventé le passé pour voir la beauté de l’avenir » disait Aragon et dans la sérénité de sa conscience notre sénatrice, portant au sein brûlant sa lucide tendresse, mettra gracieusement Isabelle à disposition de l’association.

A l’heure où nous nous retrouvons ce soir, se conjuguent finalement en une nuptiale allégresse les forces passionnées de la vie de l’UAMN. Merci Anne, Merci Isabelle !

Vous savez comme moi que le rythme de la vie politique d’une démocratie participative est compté, le pouvoir est délégué de manière provisoire puisqu’il est remis en cause à chaque élection et à quelques mois des municipales, il me semble que cette proposition est la plus sage.

Mesdames, Messieurs, « la carte du monde imaginable n’est tracée que dans les songes » et pourtant les pièces du puzzle s’encastrent dans la poussière qui danse en suspension.

Comme le dit Philippe Delerm : « on se sent bien dans la grammaire de la rue, le verbe fait l’action ».

Tous ces destins séparés, contigus ; toutes ces histoires qui se frôlent et ne se croisent pas, cela pourrait sembler une cacophonie mais c’est tout le contraire puisqu’on sent monter une harmonie ; c’est aussi ça la vie de notre association : l’UAMN, c’est vous, c’est nous !

Alors sachons rester légers dans cet instant, le temps n’est pas à jouer : il n’y a pas de temps à perdre et je vous dis du fond du cœur … Bonne année !